La Commune de LE CLERJUS est en passe de finaliser trois circuits pédestres qui ont pour but de faire découvrir et connaître les nombreuses "Croix et Calvaires" qui jalonnent nos chemins ruraux.

Lors de ces promenades, il est donné de découvrir également quelques arbres "remarquables" qui ne manquerons pas d'intéresser les promeneurs .

Ces circuits sont pour l'heure en cours de balisage et nous vous proposons en avant première les photographies des différents monuments et curiosités végétales qui les jalonnent, à cet égard ces parcours en forêt permettent également pour le promeneur attentif de découvrir et visualiser des espèces forestières naturelles dont la Forêt Communale qui s'étend sur près de 542 ha est riche.

 

                           EGLISE SAINT MAURICE

 

                 "Point de départ de tous les Circuits"

                                CROIX DE MISSION  

 

Se dresse dans la cour de l’église elle est le souvenir du retour de mission de 1956 sur lequel on peut lire :

 

LASSE DE LA VIE ?

VA LE SAUVEUR T’ACCOMPAGNE

 

Cette croix a été déplacée lors des travaux de restauration de l’église et de sa place ; elle se trouvait initialement à gauche en entrant à l’église pratiquement au niveau de la porte d’entrée donnant accès au salon d’honneur de la mairie. Une nouvelle plaque a été posée, on peut-y lire :

 

en mémoire mission de 1956

renouveau de 1994

                              CIRCUIT ROUGE

                             dit de La "Mouche"


Environ 5 km avec un dénivelleé "respectable" mais sans difficulté majeure. 

 

"La Mouche" est le ruisseau qui forme limite de la Commune de Le Clerjus de celle d'Aillevillers et Lyaumont "Haute Saône"

                             LA CROIX DES GAUDINES

Dominant le bourg en bordure du chemin qui mène aux Gaudines, un Christ en croix  qui rappelle lui aussi le souvenir d’une mission en 1873.

 

             NOTRE DAME DES CHARBONNIERS

 Située à la CHAUDEAU, dans le bois à environ 160 mètres au-dessus dela réplique de la Grotte de Lourdes.Dans un rocher se trouve une statuettedédiée à Notre Dame des Charbonniers ; c’est un bûcheron qui creusa laniche et y déposa la statuette. On peut lire sur une plaque de cuivre fixéeau rocher cette prière :
"Toi qui vient épancher ton cœur, dans le cœur d’une tendre mère, dis lui deux mots dans ta prière pour celui qui fut le fondateur de ce modeste sanctuaire".

 

                   LA CHAPELLE DE LA CHAUDEAU


C’est le maître de forge de l’époque, Thomas DEMANDRE, qui fit érigercette chapelle pour faciliter l’exercice du culte à sa famille et à celle deses ouvriers.Elle est construite à l’extrême limite de la paroisse et dudépartement des Vosges. La Semouse, frontière naturelle, coule àquelques mètres et le mur du chœur  baigne dans le ruisseau « LaMouche » qui lui aussi sert de limite avec le département de la Haute-Saône.
L’érection de la chapelle fut autorisée par décret impérial en 1809 et labénédiction eut lieu en 1844. Cette cérémonie fut présidée parMonseigneur Daniel MANGLARD alors Evêque de SAINT DIE. A côté decette chapelle, une sépulture de quelques membres de la famille DEBUYER.
En 1858, à la Chaudeau, eut lieu la rencontre de Napoléon III et de Cavourlors des négociations qui conduisirent à l’unification du royaume d’Italie. Il  semblerait même qu’une des entrevues ait eu lieu dans la chapelle.

                 LA REPLIQUE DE LA GROTTE DE LOURDES

 

Située à  la CHAUDE EAU, dans une falaise rocheuse, la réplique de la grotte dédiée à la Sainte Vierge. Erigée par Monsieur Charles DE BUYER en 1926 en souvenir de son épouse née Hélène DE LA SALLE , décédée en 1927.
Cette grotte a été bénie le 2 octobre 1932.

 

                               LE TILLEUL DES GAUDINES

 

Situé à 100 m de la D20 en empruntant le chemin des « Gaudines »,  il semble afficher une âge respectable d’environ 150 ans. On peut l’admirer en empruntant le circuit « rouge » dit de « la vallée de la Mouche »

                                    MONUMENT F.F.I

 

En bordure de la route départementale n° 20 au lieu-dit LES CENSEAUX, un monument rappelle le sacrifice de trois hommes fusillés par les allemands en retraite le 17 septembre 1944. On peut lire :
Ici ont été martyrisés et fusillés :
                              NAIDET RENE 42 ANS

               VALDENAIRE BERNARD-LOUIS 20 ANS

                 SANDERMAN ROGER-LOUIS 20 ANS
                     F.F.I. du maquis de DIXMUDE
                      FRANÇAIS, SOUVIENS-TOI

 

                    FONTAINE DES CHAMPS CLOS

 

Située à l’entrée de la commune elle a longtemps été oubliée et n’était connue de nos contemporains que par sa partie visible, masquant une installation beaucoup plus complète. Cette «Fontaine/Lavoir» alimentée par une source régulière était utilisée par les habitants pour y venir puiser l’eau et surtout par les «Lavandières» qui grâce aux réceptacles en pierre (Auges) installées en «cascade» disposaient d’une installation pratique et confortable pour y laver le linge. Le «Progrès» se traduisant dans les années 50 par la mise en place d’un réseau d’eau Communal a eu,comme pour bon nombre de points d’eau de notre Commune, raison de cette installation. Enfouie et non détruite, elle a été réhabilitée par une équipe de bénévoles qui a à cœur de préserver le patrimoine de notrevillage. 

 

                                 FONTAINE "LAVOIR"

 

Située à l'intersection de la rue de la Cote et de la rue des Fourrières elle est une des dernières Fontaines préservées sur notre commune.

                     

 

 

 

 

     CIRCUIT VERT

              dit "DE LA PICARDE"

                              LA CROIX DE PIERRE LAVEZ

 

Située à droite de la route de Le Clerjus à la gare de Bains, sur l’ancienne route ; à quelques 60 mètres de la croix « Pierre François Lavez »  qui elle se trouve sur la gauche. Elle porte les initiales suivantes :P. L. F.12Juin 1814
Cette Croix est sans doute celle élevée initialement à Pierre FrançoisLavez
Les initiales correspondent  et la date également. La modification du tracéde la route est à l’origine d’une nouvelle croix érigée à cet habitant du Noirmont . Cette Croix a été consolidée en 1989.

 

              LA CROIX DE PIERRE FRANCOIS LAVEZ


Située dans le virage de la route menant à la gare, sur la gauche. Elle porte l’inscription :
       Croix de Pierre François Lavez, agriculteur du Noirmont , mort                              accidentellement le 12 juin 1874
Certains appellent ce monument « la Croix du Bœuf » Le gendre de la victime s’appelait François LEBOEUF. C’est sans doute son épouse et lui-même qui firent élever ce mémorial à la mémoire de leur père.

 

 

                         CROIX DE DOMINIQUE  GURY


Située un peu en bas de La Picarde, au niveau de l’embranchement de la Départementale 20 et du chemin menant à l’étang, sur le talus à droite direction la Gare de Bains les Bains / Le Clerjus.
Croix de Dominique Gury        Mort accidentellement le 30 juillet 1811, lors d’une opération de débardage. 
Riche propriétaire foncier du Molieu Cette Croix fut érigée par son fils. A l’origine elle était situé sur l’ancienne route, la route actuelle n’existant pas.Sur la face opposée à l’inscription « 1811 » on peut noter l’emplacement d’une ancienne plaque qui a disparue et une inscription qui stipule « relevée en 1946 », ainsi qu’une Croix de Lorraine . Ces dernières inscriptions sont le fait de soldats en manœuvre en 1946 qui signèrent ainsi leur travail en gravant l’emblème de la France Gaulliste.

                               CROIX NICOLAS COLIN

 

Située sur le bord de la vieille route qui longe l’étang de la Picarde , au nord-ouest en forêt communale .NICOLAS COLIN
Il mourut noyé dans l’étang le 12 juin 1818.L ‘inscription de cette Croix ciselée avec soin en relief comporte une faute d’orthographe, on y lit                                           "accidentallement ».

 

                  ORATOIRE DE SAINT PIERRE FOURIER


En bordure de l’ancien chemin conduisant au NOIRMONT, un oratoire dédié à Saint Pierre Fourier, curé de Mattaincourt au 18ème et patron des prêtres du diocèse. Il fut construit par François Hubert ROUSSEL en 1854 suite à un vœu : ayant un fils qui ne pouvait marcher, il bâtit ce monument dans l’espoir de la guérison de son enfant, celui-ci :Charles Joseph ROUSSEL fût guéri paraît-il. Il était né le 18 août 1852 et mourut au Clerjus en 1927.
Cet endroit porte le nom de CHEMIN DU BON PERE.Une copie de la statue de la Vierge Noire d’EINSIELDELN en Suisse y est installée.

 

                LA CROIX DE LA VIERGE DES CHAMPS

 

Située à l’intersection des routes, l’une menant à la gare de Bains, l’autre menant à Xertigny. Une statue représente la Vierge Marie tenant dans ses bras l’Enfant Jésus. Ce monument a été élevé à la suite d’une mission en 1946.


 


 

 

                         CIRCUIT BLEU

                    dit "DE LA FRANOUZE"

                LA CROIX DU HAMEAU DE LA FOSSE

 

Au bord du ruisseau du Hallot, elle avait été cassée par la chute d'un arbre. Remise en état par un particulier elle trone à nouveau sur son emplacement originel. Affichant près de 3 mètres de hauteur, socle carré, fut cylindrique, son croisillon intact porte un Christ sculpté sommairement avec l’inscription I.N.R.I. La sculpture rappelle celle de la croix GERMAIN. Daterait-elle de la même époque ?  Aucune date n’y figure.

 

 

 

                                 CROIX DE LA MOISE


Située au lieu-dit « LA MOISE », au bord de l’ancienne route allant à La Rochère. On remarque une Croix qui semble incomplète, le fût ayant sans doute été brisé autrefois.Sur son socle on peut lire :
«J’ai été relevé à la dévotion de NICOLAS DUPLESSY âgé de 75 ans »
La tradition dit que ce mot relevé avait sa raison. Fut-elle renversée et relevée par lui-même ? Nul ne le sait.

                                   LA CROIX JACQUOT


Située à la bifurcation des chemins qui mènent au Moncel et de la vieille route de Xertigny au lieu-dit La Rochère.La base de ce monument très finement travaillé est à 4 pans carrés portant sur chacune des faces les inscriptions suivantes :
J’ai été faite par Joseph Petitjean et Anne Marie Henry à la mémoire des âmes du purgatoire.Son amour et mon crime ont mis Jésus à mortJe vous adore mon très Saint Sauveur dans le Saint CiboireRequuiescant in pace 1774
Le fût de cette croix est en forme de fuseau renflé à sa base. La croix est à double face.
Un pauvre hère trouvé mourant à cet endroit et portant le nom de JACQUOT lui aurait donné son nom. Les époux PETITJEAN-HENRY firent ériger ce calvaire pour faire cesser la mortalité importante qui touchait leur bétail, paraît-il…
C’est JEAN-BAPTISTE MOET, tailleur de pierres qui fit ce travail ; voulant faire une dernière retouche, il tomba se blessant si gravement qu’il mourut sur le champ. Il était né le 27 juillet 1774, avait 23ans et était marié à THERESE LAVEZ fille de PIERRE LAVEZ, fondateur du hameau qui porte son nom.  

                   LE CHENE DE « LA CROIX JACQUOT »


Situé à proximité de la Croix Jacquot il semble accuser un âge de plus de 200 ans. 

                                 LA CROIX GERMAIN

 
La croix GERMAIN sur un acte notarié datant de 1712 était désignée « Croix des Germains »
Dressée à l’angle formé par la vieille route de Xertigny et le chemin menant au hameau du Champ. Ce calvaire date de 1640.
Elevée pendant la terrible guerre de trente ans, c’est une Croix de cimetière mise à l’endroit ou sont enterrés des victimes de la peste et de la guerre. A cette époque on inhumait ces malheureux loin des hameaux et des bourgs en les transportant le plus loin possible.La Croix est à double face. Vers le Sud, elle représente le Christ en Croix et au Nord la Vierge portant l’enfant Jésus. Le piédestal et le fût ne comporte qu’une date : 1640. Vers 1960, des paroissiens dévoués consolident et restaurent cette croix.

 

                                   LA CROIX COLNOT

 
A 100 mètres de la croix GERMAIN, en montant vers le hameau desTabourins, au bord de la vieille route, on trouve une petite croix. A l’origine, elle se trouvait à droite mais le cultivateur, propriétaire du champ,de peur de l’abîmer lors des travaux l’a transporté et replacé avec soin de l’autre côté du chemin. BENOIT COLNOT Jeune homme de 20 ans, né le 17 avril 1821, fils de NICOLAS COLNOT et de ANNE JEANMAIRE est décédé le 3 octobre 1841, écrasé par la voiture qu’il conduisait. Son père fut enterré le lendemain de ses obsèques ;Etait-il mort de chagrin ou dans le même accident ? Il était âgé de 61 ans et habitait le Molieu.

 

              CROIX «  LA CHAPELLE AUX BOIS »

 
Cette croix situé à quelques 40 m au delà des limites de la Commune deLE CLERJUS est vraisemblablement de la même époque que les « CroixGermain » ou « Croix des bruyères » soit vers les années 1870. Sans historique particulier elle mérite de s’inscrire dans le circuit des Croix et Calvaires pour la finesse de sa réalisation.

 

                        LE TILLEUL DES  « TABOURINS »


Situé sur la fin du Plateau des Tabourins, il trône fièrement  le long de la voie Communale. Il pourrait avoir plus de 200 ans. On peut le voir en se déportant du circuit « bleu » dit de « la Franouze » en direction de l’étang de « Corbéfaing » .

                        LA CROIX DES BRUYERES

 
Cette croix marquerait l’emplacement d’un ancien cimetière. Seul subsiste le socle de la croix et quelques dalles. Le fût de la croix porte deux dates : 1655-1990.
Cette seconde date serait la date à laquelle cette croix a été restaurée. En effet, c’est Monsieur Romain POIROT qui en 1990 restaura celle-ci. Monsieur Gilbert GEHIN du Molieu lui donnera la croix de ce calvaire provenant d’une tombe de sa belle famille, la famille ANCEL du CLERJUS. Monsieur POIROT dit tenir de ses parents que des pestiférés habitant vers chez Monsieur Gilbert VIAL au ROULIER du CLERJUS seraient inhumés à cet endroit. Cette croix pourrait être de la même époque que la croix GERMAIN.

 

                       ANCIENNE FERME « ROUSSEL » 


Vers le 11 octobre 1870, Le Clerjus fait connaissance avec l’occupation prussienne. Ce sont d’abord des Badois. Le 1er janvier 1871, un régiment de Wurtembourgeois est battu à Saint Loup sur Semouse par les Français.  
Le 18 janvier 1871, des soldats prussiens, de passage à Lassus, assassinent vers 22 heures, un paisible citoyen assis près de son feu. Il s’agit de Charles Louis Bernet âgé de 39 ans, né à Escles, canton de Darney, époux de Marie-Joséphine Hacquard ; il était buraliste. Une plaque de marbre apposée à la maison à Lassus en témoigne.1882 Dans cette maison Bernet C.X.Citoyen inoffensif a été lâchement assassiné par les soldats Prussiens le 18 janvier 1871 "France  SOUVIENS-TOI"
Les Allemands quittent définitivement le pays le 1er juin 1871.

                         LA CROIX « NAPOLEON »

 
A Lassus, en bordure de la départementale n°12, à droite en allant vers Le Clerjus, une Croix de grès. D’une hauteur de 2 mètres, elle s’élève sur un pied quadrangulaire. Un socle carré porte la date de 1804. Sur le fût cylindrique, un rameau de vigne s’enroule jusqu’à mi-hauteur ensuite des cannelures verticales montent jusqu’au croisillon qui porte un Christ de facture grossière surmonté de l’inscription « I.N.R.I. ».
Cette Croix a été déplacée lors de travaux entrepris pour rectifier l’important virage que dessinait la route à cet endroit.
On dit que cette Croix serait en rapport avec le passage des troupes de Napoléon ; la date correspond mais comme la route n’existait pas, cela semble douteux.

 

                       LA VIERGE DU HAUT DES CHAMPS 

 
Dans une charmille au hameau du Haut des Champs, une statue de la Sainte Vierge est nichée dans un arbre.Celle-ci aurait été placée à cet endroit par une habitante du hameau pour éloigner les dangers que pouvaient causer la foudre.

 

                                 LA VIERGE DU PAQUIS

 
Située à SOUS LE BOIS. Autrefois nichée dans le creux d’un chêne, elle est aujourd’hui confiée à une habitante du hameau.